Tout savoir sur le chantier de terrassement

News

Un paysagiste chargé du terrassement doit être en mesure de respecter certaines règles et priorités.

1 – La Topographie :
Faire coïncider le relief du projet à celui du terrain.

  • Un bornage qui délimite le terrain est fait préalablement, ainsi que les côtes de niveau nécessaire à un bon terrassement. Le décamètre mesure les distances et angles, le niveau laser de chantier est indispensable pour mener à bien les mesures de dénivelés ainsi que l'altitude des points de niveau.
  • Une fois les différentes lectures faites, il faut calculer les différences entre l'altitude effectuée à l'altitude recherchée.
  • L’implantation de piquet de repère avec la hauteur finie de cote peut être placé.
  • délimiter votre propriété
  • faire correspondre votre sol à votre projet
  • prévoir ou relever les endroits de passage des canalisations
  • limiter les éventuels problèmes liés aux délimitations voisines
  • vous permettre de clôturer votre terrain en étant sûr de votre propriété

2 – Gestion du chantier :
Le paysagiste qui effectue votre terrassement doit établir plus que possible un équilibre entre le volume des déblais et le volume des remblais.
Un bon terrassier sera en mesure de trier, cribler, voir concasser les matières extraites.
La terre végétal sera retroussée, puis stockée afin d’être réutilisée pour le jardin.
Une valorisation intelligente des matières limite les couts trop onéreux des transports mais aussi le rachat inutile de matière.

3 – La nature des sols :
Selon l’espèce des sols, leur densité et leur foisonnement peuvent varier.
Le calcul des cubatures doit être précise pour apporter à nos clients des données de volume exactes et permettre d'établir une étude de devis en mètre cube.

4 -La mise en forme :
Pour une bonne emprise du sol, le terrassier doit creuser jusqu'à trouver la bonne côte du terrain naturel.
Le fonds de formes peut donc être fait au niveau exact en prenant en compte les épaisseurs des matériaux prévus mais aussi le pourtour nécessaire aux différent corps de métier qui devront réaliser l'ouvrage (maçon...).

5 - Les densités :
Le remblaiement doit être fait avec une bonne réflexion. Connaître la nature du sol et des matières à remblayer est également important.
Sachant qu'un mètre cube de déblai après fouille correspond à plus d'un mètre cube de terre à remblai, la différence est appelé le foisonnement.
Les remblais doivent être mis couche par couche et tassés au fur et à mesure.
Le tassement est fait avec un rouleau compacteur et exercera une diminution du volume d'environ 20% selon les sols.

Une fois les volumes mis en place, nous pourrons enfin utiliser la terre végétal stockée en début de terrassement, pour permettre de créer des massifs arborés ou des engazonnements, qui sauront profiter d'un sol propice à l’enracinement.

C'est ainsi que nous avons procédé sur notre chantier des Clausonnes à Biot (Alpes-Maritimes) avec, pour le travail du terrain, l'utilisation de : Niveau laser, pelleteuse 8 tonnes, Dumper à chenille 5 tonnes pour le déplacement des matières sur site et camion poids lourd 16 tonnes pour l'évacuation.